Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 16:09

cecile kf2Pourquoi ne nous connaissons-nous pas vraiment ? Pourquoi est-ce difficile de nous re-connaître pour qui nous « sommes vraiment » ? Une réponse, relativement simple et brutale serait : nous nous racontons souvent des histoires.

Cette réponse appelle quelques explications.

- Parler de soi, c’est s’exposer, se mettre à nu, exprimer des choses personnelles et intimes. C’est une chose rare. Nous y sommes peu habitués. Qui plus est, la religion l’a interdit, sauf dans ce lieu privilégié du confessionnal  jusqu’à il y a quelques dizaines d’années. Aujourd’hui, le cabinet du psy a plus ou moins pris le relais. Pour autant, seul un faible pourcentage d’individus consulte. Parler vrai, cela ne se fait pas !

- Qui d’entre nous se connaît vraiment ? La faute à la tradition qui ne nous y a guère encouragés. Et puis, est-on vraiment équipé mentalement, dans une culture qui célèbre le matérialisme, les apparences, l’extérieur… ? Le « connais-toi toi-même », célébré par les philosophes des « temps anciens », est resté une notion statique, immobile, qui a de quoi contraster avec notre monde de plus en plus « mobile » ! Et si se connaître consistait à développer la conscience (pas la conscience morale !) de ce que nous vivons ? Et si nos actes conscients nous faisaient accéder à une connaissance de soi dynamique et vivante ?

- Se re-connaître pour qui nous « sommes » vraiment, n’est-ce pas accepter ce que nous entreprenons. S’accepter intimement, sans fard, avec nos contradictions, nos déphasages entre actes, pensées et ce que nous imaginons, … sans se bloquer, sans trop s’écouter. Ne nous faisons-nous pas, trop souvent, des commentaires qui balancent entre critique et laxisme ?

 

Au fil de nos tergiversations, il devient vraiment urgent de nous retrouver, de se retrouver, de retrouver la source (que nous avions perdue de vue), notre source, la route de soi.

Cette route est facile, lorsqu’elle est faite de découvertes, d’apprentissages, lorsque nous avons développé notre curiosité, lorsque nous avons rencontré les plaisirs, la beauté, les moments de vie partagés.

Cette route est ardue, lorsque nous ressentons l’incompréhension, lorsque nous avons erré dans nos questionnements, lorsque nous avons vu et vécu la souffrance.

Qui n’a pas vécu avec l’espoir d’un bonheur à venir, alors que nous le construisons chaque jour que nous vivons ?!

Notre route est notre vie de chaque jour, au plus intime de soi et au contact des autres.

Cependant, la poursuivons-nous chaque jour, vraiment à partir de soi, à partir de nos intentions intimes ?

 

In fine, parler de soi n’est pas difficile : il suffit de parler vrai.

Se connaître n’est pas difficile : vivons-le comme un apprentissage de vie, fait de nos erreurs et de nos réussites, lorsque nous acceptons celles-ci et celles-là pour ce qu’elles sont, sans en rajouter.

Se re-connaître par ce que nous vivons, n’est-ce pas développer nos consciences, comprendre nos propres processus en soi et au dehors, relativiser nos contrariétés et assumer ce que nous ressentons ?

Reconnaître enfin que la solitude n’existe pas en soi, que les émotions passent et trépassent, et que nous nous construisons au fil de la route que nous avons choisie.

« La vie émerge de moi, de ma propre source, j’émerge  à la vie. »

Vivons vrai … Vivons vrai et spontané.

https://www.psyparis-kapfer.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Cecile Kapfer
commenter cet article

commentaires

Hélène 24/11/2012 11:14

Intéressant vos articles, vos suggestions, un travail que je comprends si proche de mes seances ou stages. Votre blog est une ressource, Merci. Creativement vôtre.

Accueil

  • : La voie de l'intention
  • : Tout s'apprend dans la vie. Tout est intentionnel. Mon rôle? Vous aider à décrypter le pourquoi du comment de ce que vous vivez, et vous amener à vous poser les bonnes questions afin de trouver des réponses adaptées à votre vie. Cecile Kapfer
  • Contact

Recherche

Liens