Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 16:22

Chaque année nous sommes fiers de proclamer nos bonnes résolutions pour la période à venir. Et nous les déclarons avec un bel enthousiasme : "j’arrête de fumer, je mange mieux, je bois modérément, je pense positif, je perds du poids, je fais du sport …".
Prendre des résolutions, formuler des intentions personnelles est un acte positif en soi, qui nous oriente vers une dynamique constructive. Cependant, reconnaissons que ces résolutions sont rarement suivies d'effets : elles s'étiolent rapidement au fil des mois.
Alors, pourquoi ne réalisons-nous concrètement pas ces résolutions? Pourquoi échouons-nous souvent à les mettre en œuvre?
Certains invoqueront un environnement peu favorable, d'autres le stress, le manque de temps, le poids des habitudes. Chacun se justifie, et avec des explications plus ou moins objectives. Chacun semble connaître ses propres raisons, plus ou moins consciemment, mais tout se passe comme si on ne voulait pas vraiment en reconnaître les origines. Car chacun sait, intimement, pourquoi il n'a pas fait aboutir son intention.
Si nous ne l'avons pas mise en œuvre, c’est probablement qu’elle n'était pas une intention vraie et/ou parce que, souvent,… nous en avons peur. En tant que thérapeute, j'observe fréquemment ce type de peur : nous n'allons pas au bout de nos intentions, justement, par crainte. Mais par crainte de quoi?
Pour l'un, ce peut être la peur de changer, ou celle de l'inconnu; pour l'autre, la peur des réactions de notre environnement; en général, une peur par anticipation imaginaire. Quelquefois aussi la peur de… "on ne sait pas vraiment quoi", une angoisse, sans objet défini. En réalité, la peur reste une solution de « facilité ». Elle permet de s'économiser là où nous devrions faire un effort prolongé, c’est-à-dire un travail. Alors, serions-nous paresseux ?
Beaucoup d'entre nous reconnaissent que la peur est venue s'immiscer dans leur vie, ou qu'ils se sont laissé envahir par cette peur à leur insu. Pourquoi? Parce que nous avons pris cette fâcheuse habitude de chercher la source de nos émotions, dont nos peurs, comme provenant de l'extérieur et non de soi. Et aussi parce que nous avons tendance à adhérer à nos conditionnements et croyances, au lieu de faire confiance à ce que nous vivons et entreprenons.
Et, de fait, nombre de ces croyances sont génératrices de peur :"je ne suis pas capable de, je vais choquer, que va-t-on penser de moi, comment mes enfants vont-ils réagir, …" Comprenons que la moindre habitude et/ou croyance devient handicapante lorsque nous ne pouvons plus imaginer la modifier. Peu importe que nous relativisions, que nous pensions ne pas être vraiment dépendants, …, les faits parlent d'eux-mêmes : la crainte persiste.
Avec l'expérience de notre vie, nous sommes devenus plus expérimenté, plus « expert », plus philosophe ou… manipulateur. Mais très souvent, nous nous racontons encore et encore des histoires,… comme si de rien n’était ! Sauf qu'intérieurement nous n'en sommes pas dupes et que nous savons très bien… de quoi il retourne.
Et si, à l’aide de nos expériences de vie, nous décidions avec réalisme.

Voulons-nous rêver notre vie, ou vivre nos rêves ? Et si nous décidions, enfin, de faire évoluer notre quotidien vers plus d'harmonie et d'authenticité ?
Et si maintenant, j'imagine mon quotidien sans cigarette, sans alcool, faisant du sport, perdant du poids, …, quels nouveaux plaisirs vais-je éprouver ? Quel écho je ressens en moi, physiquement, mentalement ? Suis-je content(e), suis je fier(e) de moi? … Mais, au fait, de quoi avais-je peur ?
Et maintenant, si nous nous mettions plus au clair avec nous-mêmes, si nous faisions nos propres choix, et si nous les assumions ? Nous avons tout à y gagner : devenir plus libre, se ressentir plus libre : alors nos "petites misères" habituelles pourront se dissoudre d'elles-mêmes et nos peurs s'éloigner.

https://www.psyparis-kapfer.fr

Repost 0
Published by Cecile Kapfer - dans Interviews
commenter cet article
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 17:51

 

cecile_kapfer2.jpg


Cécile Kapfer : que représente ce livre ?


« La Voie de l’Intention » représente pour moi le livre que j’offre à ma meilleure amie, un cadeau pour la vie. J’ai écrit ce livre en développant l’intention dans ma vie, en vivant en moi ce processus et en m’en faisant la messagère pour mes congénères. Le sujet de l’intention était dans l’air de ma vie personnelle depuis de nombreuses années. Puis je l’ai développé et mis en œuvre dans le concret.

Ce livre trace le chemin d’une aventure originale où j’accompagne mon lecteur sans le lâcher d’une semelle, et où je suis mon propre cobaye. Ce livre représente donc un bout de vie, le meilleur, puisque sans faire de sur-exposition, j’y relate des expériences à la fois professionnelles et personnelles, qui donneront du grain à moudre à beaucoup de mes contemporains qui auront plaisir à côtoyer une amie sincère, aussi authentique que possible. Ce n’est en rien une autobiographie, c’est plutôt le fruit d’une cohabitation originale entre celle qui cherche et celui qui trouve, entre moi qui ai rédigé et vous qui découvrez, et, je l’espère, entre vous qui expliquerez et celles et ceux qui vous écouteront.


Comment se situe t’il par rapport à d’autres livres du même domaine ?

 « La Voie de l’Intention » est le vécu d’un processus de conscientisation de qui nous sommes vraiment, nous, humains, en ce début de vingt-et-unième siècle. Ni plus, ni moins. Le propos de l’ouvrage est d’accompagner, du début à la fin, le lecteur, de m’adresser à lui comme si nous étions en présence, ce qui donne une présence et une implication originale, à la lecture. C’est un livre qui parle du dedans, du dedans de soi, qui propose un cheminement précis et vivant. Les quelques rares ouvrages anglo-saxons sur ce sujet, je les ai vécus comme éloignés de notre vie quotidienne, concrète. Mon propos est de situer l’intention dans le processus global de notre vie de tous les jours, de vivre nos intentions conformément à qui nous sommes vraiment, « en notre âme et conscience ». Avec l’intention, il est question, ici, de se réapproprier sa vie, de vivre plus , de se ressentir plus en vie et plus libre. Je souligne l’originalité du propos : cet appel à vivre les choses, sa vie, du dedans de soi, cet appel à émerger en conscience de soi, à devenir encore plus créatifs. En clair, ce livre se vit : sa matière elle-même est vie.

A quels lecteurs s’adresse « La Voie de l’Intention » ?

Cet ouvrage s’adresse à celles et à ceux qui souhaitent évoluer, pour se développer intérieurement et pour mettre en pratique un processus qui donne des résultats à la mesure de leurs intentions. A celles et à ceux qui ont suffisamment d’expérience de vie, de maturité, indépendamment de l’âge officiel, pour vivre en elles le bien-fondé de la logique, du bon sens, du concret et d’un certain plaisir de la découverte, de la découverte qui n’hésite pas à remettre en cause. A toutes celles et tous ceux qui aspirent à plus d’authenticité et d’écologie, au sens large. Clair et accessible pour celles et ceux qui souhaitent vraiment se sentir ancrés dans leur vie. A ceux qui ont tendance à trop « décoller », la Voie de l’Intention encourage à se remettre les pieds sur Terre. A ceux qui baignent, par nature, dans le pragmatisme, elle donne des ailes. A ceux qui vivent leur vie en perpétuel questionnement, elle propose de nouvelles réponses et des bases pour une vie plus concrète et créative. A ceux qui ne savent pas choisir ou décider, elle donne de nouvelles motivations pour avancer. Les personnes qui s’intéressent à ce vaste domaine de l'évolution humaine, depuis l’univers de la psyché, jusqu’à celui du bien-être, en passant par le développement personnel, la santé, vivront « La Voie de l’Intention » et en feront leur livre de chevet. L’intention de ce livre est d'aider à devenir plus complètement soi et plus humain.

https://www.psyparis-kapfer.fr

Repost 0
Published by Cecile Kapfer - dans Interviews
commenter cet article

Accueil

  • : La voie de l'intention
  • : Tout s'apprend dans la vie. Tout est intentionnel. Mon rôle? Vous aider à décrypter le pourquoi du comment de ce que vous vivez, et vous amener à vous poser les bonnes questions afin de trouver des réponses adaptées à votre vie. Cecile Kapfer
  • Contact

Recherche

Liens